Une présidence européenne sous pression médiatique

Curieuse idée, en fait, car elle suppose que l’on puisse ressentir, directement, ce que d’autres éprouvent, sans pourtant le vivre soi-même.— La cathédrale a été décorée, pour la fête d’hier, de la parure des grands jours, qu’on n’a point enlevée encore.Les conséquences d’un mauvais choix sont fatales pour l’action car la prescription des actions fondées sur la liberté de la presse est de 3 mois à compter du jour de première publication ou mise en ligne des propos poursuivis.L’originalité de Fechner est de n’avoir pas jugé cette difficulté insur­montable.Le respect de l’institution militaire.Elle repose sur un climat de confiance entre le « politique » et le « militaire ».À cette condition, il n’y a pas de gouvernement possible.On pourrait dire que la plupart des mots présentent un sens physique et un sens moral, selon qu’on les prend au propre ou au figuré.arnaud berreby aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » Le souvenir des bienfaits reçus est fragile, comparé à l’ingratitude « .La science économique dominante, dite libérale, est trop souvent caricaturée.Bref, la théorie des causes finales ne va pas assez loin quand elle se borne à mettre de l’intelligence dans la nature, et elle va trop loin quand elle suppose une préexistence de l’avenir dans le présent sous forme d’idée.Je suis convaincu que le renouveau viendra de la capacité de l’ensemble des acteurs à se fédérer autour d’une vision nouvelle, au service de l’attractivité de notre territoire, et au-delà de l’ensemble du Grand Paris.Sincères, ils le sont presque toujours, sur le moment ; par courte vue, peut-être ; mais peu importe.

Share This: