Une contribution à la relance

Et un vieillissement qui épouse le profil japonais avec 10 à 15 ans de décalage.Mais c’est qu’il ne peut rien y avoir de plus dans le présent de ce meuble que dans son passé, et que, s’il est fait de plusieurs pièces hétérogènes maintenant, il l’était dès sa fabrication.Cette année-là en effet, il rachète la branche silicones de Rhodia ; et il se porte acquéreur d’Adisseo (lui aussi ancienne filiale du défunt groupe Rhône-Poulenc), spécialiste des additifs pour l’alimentation animale.Nous ne sommes qu’au début de cette révolution.Le charismatique ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, a récemment cité une leçon issue du passé historique de son pays : « Il arrive parfois que les plus grandes et plus puissantes démocraties se mettent en péril en écrasant les démocraties plus petites ».J’essaie de deviner quelle est la part de l’admiration sincère et celle de parti-pris, de la vanité nationale flattée, dans l’ovation presque continuelle qui lui est faite.Au contraire, il est souvent trop large pour telle ou telle manifestation de la vie, prise en particulier.il tua des fauves ; parla d’une façon peu flatteuse à un grand seigneur anglais ; et un jour, mordu par un serpent, il se coupa un doigt, deux doigts, (on ne sait pas combien de doigts ; onze, peut-être.Du mécanique plaqué sur du vivant, voilà une croix où il faut s’arrêter, image centrale d’où l’imagination rayonne dans des directions divergentes.En conclusion, si la France veut apparaître comme un paradis de la finance participative, elle doit adopter un dispositif plus ambitieux et plus favorable pour les plateformes et les émetteurs que ce qui est inscrit dans le projet de réforme soumis à consultation. Avant de penser aux bornes interactives, aux tablettes tactiles ou aux écrans géants, commencer peut-être par leur offrir simplement la connexion WiFi », conseille pierre alain chambaz.

Share This: