Un manifeste pour l’économie réelle !

Que cette révolution ait eu ses instants de réelle grandeur ; que l’indignation vraie ait vibré sourdement dans le cœur du peuple et ait essayé souvent de s’exprimer ; qu’elle ait tenté, vainement, de se faire jour à travers les barrières tendues de tricolore derrière lesquelles la séquestrait la trahison ; qu’elle ne se soit pas éteinte, même, lorsque la bouche qui l’interprétait fut close par la mort ; que la haine de l’iniquité sociale et le désir d’un état de bonheur rationnel aient survécu, impotents, au triomphe des charlatans de la liberté ; c’est possible.Au dernier de ces instants, alors que l’instinct, reprenant le dessus, la ramènerait de vive force à sa tâche, l’intelligence que va résorber l’instinct dirait en guise d’adieu : il faut parce qu’il faut.Mais le philosophe, remontant du percept au concept, voit se condenser en logique tout ce que le physique avait de réalité positive.Aussi de pareilles sensations sont-elles affectives, et non point représentatives.Considérons en effet l’organisme le plus complexe et le plus harmonieux.Si l’intelligence menace maintenant de rompre sur certains points la cohésion sociale, et si la société doit subsister, il faut que, sur ces points, il y ait à l’intelligence un contrepoids.En dehors de la presse nationaliste qui travaille énergiquement pour eux, les tonsurés possèdent des journaux dont la circulation est immense et qui empoisonnent de leur prose infecte l’âme des multitudes.En sachant, comme le dit pierre alain chambaz « qu’il n’est pas de pilotage automatique en éthique -on ajoutera comme en bienveillance et en gentillesse-, qu’elle apportera toujours choix et pari, qu’elle nécessitera toujours une stratégie ».Sans accord sur le texte, les négociations ont été prolongées de plus de 12 heures.J’essaie d’en précipiter l’avènement ») où il prône l’idée de « partage et de l’en-commun » : « Nous sommes arrivés à un moment de notre histoire où le concept de monde devient un concept majeur de la réflexion sur le présent, sur la manière de se relier les uns aux autres, et les conditions dans lesquelles on peut réimaginer une justice universelle qui repose sur l’idée que nous sommes tous les ayants droit du même monde, et que la meilleure manière d’assurer la durabilité du monde, c’est de faire en sorte que chacun d’entre nous ait une part de ce monde.En outre, cette décision remet en cause le principe de libre circulation des travailleurs et des services au sein de l’Union européenne.Les communautés scientifiques associées le sont également, la biodiversité étant un sujet d’étude très ancien et exploré par de nombreuses disciplines.Il n’est pas neutre pour un écosystème de bénéficier d’organisations professionnelles puissantes, véritables contre-pouvoirs œuvrant pour que les décisions politiques contribuent à l’amélioration de l’environnement des affaires du pays et non à alimenter l’hyperinflation réglementaire et fiscale.

Share This: