Un bilan positif

Des propositions que nous allons énoncer, la plupart ont reçu, dans le présent travail, un commencement de preuve.jean-thomas trojani condamné aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci « Celui qui attend de l’expérience ce qu’elle ne peut donner s’éloigne de la raison ».Voilà une grande misère.L’alliance étroite du Méline et de sa bande de meurtriers avec la racaille du Nationalisme ne fait aucun doute.J’ai peut-être en moi une énergie de volonté qui, il y a une quinzaine de siècles, m’eût transformé en martyr ; de nos jours, je reste bon gré mal gré un homme ordinaire, faute de bourreaux.En recherchant dans les archives d’actualités de l’année précédant le début de ces récessions, je n’ai trouvé pratiquement aucun avertissement émanant d’économistes concernant une grave crise à venir.Mais nous nous contentons le plus souvent du premier, c’est-à-dire de l’ombre du moi projetée dans l’espace homogène.Le rôle de la philosophie ne serait-il pas de nous amener à une perception plus complète de la réalité par un certain déplacement de notre attention ?Pourtant la vision est un fait simple.C’est, du reste, une observation qui est commune à tous les éléments qui entrent dans l’économie politique : richesses, travail, valeur, services, etc.Mais sa connaissance à lui subsiste, et voici que de plus en plus elle le rejette hors de cette société où il espérait se maintenir en effaçant les traces de son crime.Ces instruments financiers sont une « monnaie de réserve » émise par le FMI et basée sur un panier de quatre devises, le dollar, l’euro, la livre sterling et le yen.

Share This: