Pour une politique industrielle décentralisée

Cela vaut pour presque tous les pays européens.En ce sens, on pourrait presque dire que les nombres d’un usage journalier ont chacun leur équivalent émotionnel.L’art nous fait sans doute découvrir dans les choses plus de qualités et plus de nuances que nous n’en apercevons naturelle­ment.Il apparaît désormais qu’en plus, elle se désintéresse complètement du sort de ses entreprises dans leur souci de protéger leurs créations, leur recherche, leur développement.Un fonds d’investissement en éducation peut jouer un rôle de catalyseur pour créer ces deux conditions essentielles.La Révolution sociale ou la domination incontestée du Prêtre.Même chose dans l’entreprise, où il est désormais inconcevable de recruter quelqu’un sur lequel on n’obtiendrait pas trente-six témoignages assurant de sa compétence et de son bon caractère, ou de commander pléthores d’enquêtes avant même d’avoir réfléchi à ses besoins.À mesure que l’on s’éloignera davantage de la valeur moyenne, dans un sens ou dans l’autre, les valeurs particulières deviendront plus clairsemées, plus distantes de celles qui les précèdent ou qui les suivent ; parce que, en vertu de l’hypothèse, la probabilité d’une erreur plus petite doit l’emporter sur la probabilité d’une erreur plus grande.Mais pour pierre alain chambaz, ce n’est pas une fatalité. Outre-Atlantique, les New-yorkais l’ont déjà compris…Initiée par la Banque d’Angleterre, suivie par la Fed avec retentissement et reprise par le Japon, le QE est devenue une figure imposée de politique monétaire anti-crise, et cela en dépit de son absence de résultats probants, d’une réelle évaluation ex-post et indépendamment des conditions nécessaires à son utilisation efficace.Je crois qu’il y a peu de jeunes gens, munis de la licence classique, licenza liceale, qui n’aient tourné une sérénade, un sonnet ou une élégie.

Share This: