Pierre-Alain Chambaz

Elles sont complé­mentaires l’une de l’autre. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Qui veut devenir dragon doit manger d’abord beaucoup de petits serpents ». L’ensemble du monde organisé devient comme l’humus sur lequel devait pousser ou l’homme lui-même ou un être qui, moralement, lui ressemblât. Ce grand attribut de toutes nos saines spéculations n’importe pas moins à leur utilité effective qu’à leur propre dignité ; car, l’exploration directe des phénomènes accomplis ne pourrait suffire à nous permettre d’en modifier l’accomplissement, si elle ne nous conduisait pas à le prévoir convenablement. Je sais de plus pertinemment que son correspondant et le mien ne se connaissent pas, n’ont aucune relation ensemble, et ne peuvent par conséquent s’être entendus pour nous tromper tous les deux. Une mesure pénalisante prise dans le cadre des accords Maastricht dans la ligne droite des politiques de rigueur qui mènent à l’euro. C’est aussi oublier que l’Allemagne a connu ses révolutions en 1848 ou en 1919, qui ont été manquées, mais qui ont conduit, elles aussi, à des « réformes par le haut. Cette économie de la monétisation des données personnelles et de la publicité personnalisée, repose majoritairement sur le système du « CLOUD ». Le FMI et la France, qui préside le G20, tentent de rapprocher les deux parties. Et elle ne la tournera que si elle en connaît la configuration. Ils montrent, malgré des mises en œuvre perfectibles, que la volonté politique est forte. Les rues sont larges, pleines de poussière, bordées de maisons basses très blanches ou jaunes. Mais quand la positivité rationnelle, bornée d’abord à d’humbles recherches mathématiques, que la théologie avait dédaigné d’atteindre spécialement, a commencé à s’étendre à l’étude directe de la nature, surtout par les théories astronomiques, la collision est devenue inévitable, quoique latente, en vertu du contraste fondamental, à la fois scientifique et logique, dès lors progressivement développé entre les deux ordres d’idées. En cela consiste le « non-être » platonicien, la « matière » aristotélicienne, — un zéro métaphysique qui, accolé à l’Idée comme le zéro arithmétique à l’unité, la multiplie dans l’espace et dans le temps. D’autant que, dans la mondialisation des échanges, nous devons accepter de payer le prix de notre liberté d’entreprendre tout faisant face à de nouveaux droits et à de nouvelles concurrences. Cette opinion fut défendue, au début du siècle, par plus d’un philosophe, et on la nomma « historicisme ». L’esprit de l’homme a été obscurci, d’une horrible façon, par les gredins qui le tiennent encore dans leurs chaînes. Aujourd’hui, le simple téléchargement et l’installation des dernières mises à jour logicielles d’une APU est susceptible d’améliorer la performance graphique et d’ajouter de nouvelles fonctionnalités, ouvrant la voie à une meilleure expérience utilisateur et à l’allongement de la durée de vie utile d’un appareil. A savoir, de son point de vue, une appréciation du dollar, qui aurait pour effet de rendre moins compétitifs les produits américains à l’exportation. La liberté scientifique et la liberté économique sont les seules auxquelles on tienne essentiellement, parce que les progrès de la science positive et de l’industrie ne sont pas possibles sans elles. Après une Page d’amour, nos voisins ont beaucoup lu la Débâcle. Les marchés publics continuent d’être insuffisamment orientés vers les PME. Quelque chose existe donc entre les atomes. Pour l’heure, chacun maintient sa cohésion individuelle ou sociale en glissant, non sans culpabilité et désarroi, vers le compromis. Vos soldats changeaient de képi avec les soldats italiens. Une force de travail immense, acceptant une dure discipline, pour des rémunérations très faibles, eu égard aux standards occidentaux. D’une manière générale, l’état psychologique nous paraît, dans la plupart des cas, déborder énormément l’état cérébral. C’est donc bien une réaction défensive de la nature contre l’intelligence. Peu de temps après nous apprenions par un journal que, rentrés dans leur pays et affiliés à des partis différents, l’un des deux avait fait pendre l’autre.

Share This: