Pierre-Alain Chambaz

Nous n’avons pas à l’approfondir ; il n’est même pas nécessaire que nous en ayons pleine conscience, pas plus que l’artiste n’a besoin d’analyser son pouvoir créateur ; il laisse ce soin au philosophe, et se contente de créer. Autant elle comprend de pas, autant vous pouvez y distinguer de parties. Selon le rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en 2013, les plus de 15 ans dépourvus d’éducation formelle étaient 138 millions en 2010 ; ils devraient représenter 270 millions de personnes en 2050, soit près du double. Un peu plus loin il y a un grand carré uniquement planté en bergamotes et, le long d’une allée, des arbustes à feuilles ovales, dont le fruit ressemble à une pomme de pin verte et molle. Nous avons aujourd’hui à examiner cette question : Quels sont les moyens que nous avons de pourvoir à nos besoins ? De sérieux doutes étaient relevés par l’OCDE quant à l’engagement réel de la France à lutter contre la corruption internationale et à imposer des sanctions dissuasives. Voyez-vous un habitant des Marches prêchant un Calabrais ? Que sera-ce, si le dieu est chanté par les poètes, logé dans des temples, figuré par l’art ? Mais si l’on a, a priori, de suffisants motifs d’admettre que la chance de vérité l’emporte sur la chance d’erreur, l’ambiguïté sera levée par cela même. Sentiments louables, qui ne sont pas toujours factices. La France et l’Europe ont besoin de politiques de relance tournées vers des activités utiles et écologiques, d’une meilleure répartition des richesses, d’une fiscalité plus juste. La jurisprudence a retenu les comportements suivants comme étant déloyaux, susceptibles de détourner la clientèle – puisque ce détournement est bien au cœur de la question : la désorganisation du concurrent notamment par le débauchage de ses salariés, la contrefaçon ou l’imitation en vue de créer une confusion auprès de la clientèle, le dénigrement du concurrent, enfin, le parasitisme consistant à tirer profit des efforts et du savoir-faire de son concurrent. Ainsi, qu’il s’agisse du dedans ou du dehors, du moi ou des objets extérieurs, la réalité est la mobilité même. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Celui qui aime les hommes, les hommes l’aiment ; celui qui respecte les hommes, les hommes le respectent ». Et la question reste en effet insoluble, tant qu’on veut trouver l’explication d’un trait amusant dans ce trait lui-même, isolé de ce qu’il nous suggère. Il ne faut donc voir dans ce qui va suivre qu’un exposé schématique, et nous demanderons qu’on entende provisoirement par perception non pas ma perception concrète et complexe, celle que gonflent mes souvenirs et qui offre toujours une certaine épaisseur de durée, mais la perception pure, une perception qui existe en droit plutôt qu’en fait, celle qu’aurait un être placé où je suis, vivant comme je vis, mais absorbé dans le présent, et capable, par l’élimination de la mémoire sous toutes ses formes, d’obtenir de la matière une vision à la fois immédiate et instantanée. Mais, par là, ils limitent notre vision du présent, de même que les mécanismes cérébraux de la mémoire resserrent notre vision du passé. Dans un espace amorphe on découpera des figures qui se meuvent ; ou bien encore (ce qui revient à peu près au même), on imaginera des rapports de grandeur qui se composeraient entre eux, des fonctions qui évolueraient en développant leur contenu : dès lors la représentation, chargée des dépouilles de la matière, se déploiera librement dans une conscience inextensive. Il est temps aujourd’hui de modifier en profondeur le comportement de l’Etat, et de ceux qui le dirigent, à l’égard du mouvement sportif français. Ils sont d’ailleurs réputés pour se tourner vers des cibles plus dociles lorsque les marques font visiblement de la résistance. Et c’est pourquoi, dans tous les cas où une lésion du cerveau atteint une certaine catégorie de souvenirs, les souvenirs atteints ne se ressemblent pas, par exemple, en ce qu’ils sont de la même époque, ou en ce qu’ils ont une parenté logique entre eux, mais simplement en ce qu’ils sont tous auditifs, ou tous visuels, ou tous moteurs.

Share This: