Le politique doit bâtir une stratégie numérique européenne

Les lois qu’elle édicte, et qui maintiennent l’ordre social, ressemblent d’ailleurs par certains côtés aux lois de la nature.Mais, par cela même qu’elle affecterait à la fois l’ensemble et tous les détails, elle ne troublerait en rien ni la régularité de l’ensemble, ni l’harmonie des parties ; elle n’amènerait aucun surcroît de complication ; et la raison, n’ayant aucun motif de préférence entre deux ordres d’une symétrie si parfaite, ne pourrait s’appuyer sur aucune induction pour croire ou pour ne pas croire à l’hypothèse d’une réflexion, ou d’un nombre impair de réflexions, d’où résulterait l’inversion des rapports géométriques.Au contraire, de ce que la température de la surface de la terre est depuis longtemps compatible avec l’existence des êtres organisés, et même ne paraît pas avoir subi depuis les temps historiques de variation appréciable, nous aurions grand tort d’induire qu’elle a été et qu’elle sera toujours compatible avec les conditions de vie des végétaux et des animaux connus, et même de végétaux et d’animaux quelconques.La formation purement médicale d’un côté, administrativo-juridique de l’autre doit être complétée des formations à la conduite du changement et au management opérationnel. Pierre-Alain Chambaz s’est ainsi appuyé sur des données scientifiques, les recherches en intelligence émotionnelle et en neurosciences sur la compassion.Il faut en effet, pour qu’un souvenir reparaisse à la con­science, qu’il descende des hauteurs de la mémoire pure jusqu’au point précis où s’accomplit l’action.Comme l’a dit très justement un historien des religions, il a ignoré « le don total et mystérieux de soi-même ».En conséquence, la probabilité mathématique prise objectivement, ou conçue comme mesurant la possibilité des choses, ne peut en général être déterminée que par l’expérience.Le Japon est incontestablement le laboratoire du monde, et pas seulement pour son irrésistible et catastrophique déclin démographique.Sans doute ; on se perdrait aisément ici dans des distinctions subtiles.Mais pourceque je n’en avois pas encore assez de connoissance pour en parler du même style que du reste, c’est-à-dire en démontrant les effets par les causes, et faisant voir de quelles semences et en quelle façon la nature les doit produire, je me contentai de supposer que Dieu formât le corps d’un homme entièrement semblable à l’un des nôtres, tant en la figure extérieure de ses membres, qu’en la conformation intérieure de ses organes, sans le composer d’autre matière que de celle que j’avois décrite, et sans mettre en lui au commencement aucune âme raisonnable, ni aucune autre chose pour y Il faut d’abord supposer abolie toute notre science.

Share This: