La valorisation des données ouvertes, nouveau champ de compétences

On sent dans la philosophie européenne de notre époque le détachement maladif des racines de l’Être, !Comme la connaissance usuelle, la science ne retient des choses que l’aspect répétition.Penser consiste ordinairement à aller des concepts aux choses, et non pas des choses aux concepts.Par exemple, que signifions-nous lorsque nous disons : « la France ».Tout le monde sait que les Italiens ont conservé, dans la langue littéraire, la période ancienne, large et sonore.Ce laissez-faire ayant essaimé depuis le monde anglo-saxon jusqu’à l’Europe continentale pour ensuite toucher l’Amérique latine et l’Asie, c’est l’ensemble de la planète qui a progressivement été infectée par des bulles spéculatives dont l’implosion fait d’immenses ravages financiers, économiques et bien-sûr humains.Nous nous le figurons souillé de sang et de larmes.Pour permettre aux étrangers malades sans ressources de se soigner dans la dignité et sans stigmatisation, il faut également fusionner la CMU et l’Aide médicale d’État.La cible de ce fléau ? Les « secrets d’affaires », ces précieux actifs qui, de la recette en passant par l’aménagement intérieur d’une usine ou l’assemblage d’un vin ou d’un parfum, constituent des réserves de valeur parfois inestimables pour les entreprises.Ainsi, pourvu que l’on ne considère de la physique que sa forme générale, et non pas le détail de sa réalisation, on peut dire qu’elle touche à l’absolu.Ou enfin : « La conscien­ce ne dit rien de plus que ce qui se fait dans le cerveau ; elle l’exprime seulement dans une autre langue ».Entre temps, les journalistes instruisent leur public, l’éclairent.Agence d’e-réputation aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci « La partie garde toujours en elle quelque chose de la nature du tout ».

Share This: