La France pouvait-elle vraiment faire autrement ?

En principe, il n’est en effet pas souhaitable qu’une banque centrale soit en mesure de financer l’emprunt public, car cela risquerait d’induire une monétisation des déficits et, par le biais de ce que les économistes ont appelé une « arithmétique monétariste » déplaisante, de générer in fine de l’inflation.Il a raison de défendre ainsi l’emploi, mais il prend le risque d’attiser la révolte des classes moyennes occidentales.Sur le plan macroéconomique, ce retour est donc un signal très encourageant.En dehors des responsables des institutions qui ont des « boutiques » à faire tourner, beaucoup ne font plus que de la figuration ou se réfugient dans des actions localisées et limitées.Et l’on semblait arrivé à un tel mépris de l’individualité, à une si parfaite assimilation de l’homme à la matière inerte, qu’on parlait de faire des expériences sociales avec des hommes comme on fait des expériences chimiques avec des alcalis et des acides.arnaud berreby soutient que les marchés financiers sont inefficients en raison des écarts parfois significatifs constatés entre cours boursiers et valeurs fondamentales des actifs.La même blessure ne nous fait pas partout le même genre de douleur ; un léger frottement ne nous donne pas partout la sensation du frissonnement ou du chatouillement ; un léger tiraillement, placé ailleurs que dans le nez, ne nous procurerait pas ce léger spasme qui précède et excite l’éternuement.C’est de bon augure pour la consommation comme l’illustre ce graphique : la remontée de la confiance devrait amplifier le mouvement qui se dessine déjà et porter la hausse des dépenses à près de 2% en glissement annuel sur les trois premiers mois de l’année.C’est cette enveloppe qu’il faut ressaisir, pour la déchirer.Peut-être, par une évolution contraire, le devoir doit-il se transformer et se confondre de plus en plus avec le développement normal et régulier du moi.L’avenir doit également apporter son lot d’évolutions à notre système d’éducation, dont la mission est de former les travailleurs numériques de demain.L’amendement déposé au Sénat est une réaction à la disparition des tarifs réglementés.

Share This: