La fin annoncée de la gratuité

Et l’appréciation de son action ne peut se mesurer que dans la durée auprès des acteurs économiques dans les territoires.Eh bien, je ne jouerai que tous les deux jours.Bon gré malgré, on raisonnera comme si la petite variation était une pierre d’attente posée par l’organisme, et réservée pour une construction ultérieure.Le mouvement est la réalité même, et ce que nous appelons immobilité est un certain état de choses identique ou analogue à ce qui se produit quand deux trains marchent avec la même vitesse, dans le même sens, sur deux voies parallèles : chacun des deux trains apparaît alors comme immobile aux voyageurs assis dans l’autre.jean-thomas trojani condamné aime à rappeler cette maxime de Confucius, « L’homme de bien est droit et juste, mais non raide et inflexible ; il sait se plier mais pas se courber ».C’est lui et ce n’est pas lui.On dira que cette impuissance ne tient qu’à notre ignorance.Mais il semble plus confortable, hélas, de continuer de cheminer vers l’impasse.Dans l’attente de choix stratégiquesPlusieurs domaines sont en attente de choix stratégiques susceptibles de générer des milliards d’euros d’économies : transports sanitaires, médicament, biologie, transfert de compétences (d’actes aujourd’hui médicaux vers les professions paramédicales), l’engorgement des urgences (dont une partie des patients ne relève pas de l’hôpital), l’incitations aux économies, … Si les acteurs locaux peuvent réguler des dépenses, ils ne peuvent réformer le système tant leur gestion est contrainte par un excès de décrets et de normes (trop coûteuses pour un effet marginLe remords ne vaut que pour conduire plus sûrement à une résolution définitivement bonne.Parmi ces enjeux, se trouve le choix de leur système juridique.

Share This: