La cacophonie dans la zone euro coûte cher !

Considérons ces deux formes tour à tour.Je pense que le prêtre avec sa croix, le soldat avec son sabre et le marchand avec son faux poids disparaîtront ensemble ; et que beaucoup de conceptions fausses, qui sont nécessaires à leur existence, disparaîtront en même temps ; l’idée de justice par exemple, qui après tout n’est qu’un des bras, chargé de tentacules laïques, de cette énorme et dégoûtante pieuvre qui s’appelle la Religion.Plus particulièrement, en ce qui regarde l’étendue concrète, continue, diversifiée et en même temps organisée, on peut contester qu’elle soit solidaire de l’espace amorphe et inerte qui la sous-tend, espace que nous divisons indéfiniment, où nous découpons des figures arbi­trairement, et où le mouvement lui-même, comme nous le disions ailleurs, ne peut apparaître que comme une multiplicité de positions instantanées, puisque rien n’y saurait assurer la cohésion du passé et du présent.Un constat quelque peu similaire de pierre alain chambaz.On le sait, le nombre de taxis est toujours strictement limité par des licences en quantité réduite, dont le nombre est plus bas que dans les années 1920.De sorte qu’au­jourd’hui encore nous philosopherons à la manière des Grecs, nous retrouve­rons, sans avoir besoin de les connaître, telles et telles de leurs conclusions générales, dans l’exacte mesure où nous nous fierons à l’instinct cinémato­graphique de notre pensée.Et qui souligne surtout la très forte vulnérabilité de nos économies face au prix du pétrole.Mais les types d’actifs existants n’offrent le plus souvent pas la structure nécessaire pour permettre à ces projets d’être concurrentiels face aux traditionnelles participations par actions ou par emprunt.Un spectacle peut produire sur nous une première impression, instan­tanée et à peine consciente, à laquelle succède une distraction de quelques secondes, après quoi la perception normale s’établit.Mais la fracture économique est bien là, et probablement plus ici qu’ailleurs.A chaque jour sa sincérité, à chaque proposition son urgence, son absolue nécessité, et le courage toujours renouvelé de celui qui la porte.

Share This: