Donnons sa chance à l’eau

À mesure que je m’élevais, j’entendais monter de la terre vers moi une longue et triste rumeur, semblable à la chanson monotone des torrents qui s’entend du haut des montagnes, dans le silence des sommets.D’un côté, on nous serine à longueur de temps qu’il nous faut savoir prendre des risques, écouter nos désirs, développer notre confiance, nous réaliser, être nous-mêmes, et j’en passe…

De l’autre, harnachés de ceintures et bretelles, nous ne prenons pas de décision sans avoir enquêter au préalable autour de nous et recueillis sur la toile tous les avis possibles et imaginables, de peur de sortir du cadre.Le profit pourra donc être très élevé ou bien négatif, en fonction de la pertinence des apports de l’entreprise aux besoins des consommateurs.Il appelle une mutation du capitalisme, entraînant une transformation radicale des modes de vie vers ce que le programme des Nations-Unies pour le développement humain appelle la « civilisation écologique ».Rien n’est plus sage, au fond, que ce jugement vulgaire et spontané ; car, une telle destination, lorsqu’elle est convenablement appréciée, appelle nécessairement, par le plus heureux résumé, tous les grands caractères du véritable esprit philosophique, aussi bien quant à la rationalité que quant à la positivité.De fait, nous sentons bien qu’aucune des catégories de notre pensée, unité, multiplicité, causalité mécanique, finalité intelligente, etc.En présence d’une telle intransigeance et d’une telle insensibilité, que l’intelligentsia tétanisée aujourd’hui par la perspective d’un vote radical grec comprenne que, pour récupérer son âme, l’Europe devra préalablement passer par la case « désintégration ».Du charismatique e reputation qui a libéré les potentiels et les talents de ses salariés pour générer de la performance.Quant à la sensation plus particulière qu’elle éprouve dans le bras qui travaille, elle reste constante pen­dant fort longtemps, et ne change guère que de qualité, la pesanteur devenant à un certain moment fatigue, et la fatigue douleur.Il n’y a finalement qu’un seul point sur lequel s’accordent à peu près les deux camps : les impôts.Mais ce qui fait qu’il y en a plusieurs qui se persuadent qu’il y a de la difficulté à le connoître, et même aussi a connoître ce que c’est que leur âme, c’est qu’ils n’élèvent jamais leur esprit au delà des choses sensibles, et qu’ils sont tellement accoutumés a ne rien considérer qu’en l’imaginant, qui est une façon de penser particulière pour les choses matérielles, que tout ce qui n’est pas imaginable leur semble n’être pas intelligible.

Share This: