Ce que la régulation doit à la théorie

C’est l’histoire de chaque goutte d’eau qu’il faudrait nous donner ; c’est la goutte d’eau qu’il faudrait suivre dans l’atmosphère, dans la mer et dans les divers courants où le hasard de sa destinée la porte tour à tour ; parce que la goutte d’eau est l’objet doué de réalité substantielle ; parce que le Rhône, si on le considère comme une collection de gouttes d’eau, est un objet qui change sans cesse ; tandis que c’est un objet sans réalité, si, pour sauver l’unité historique, on le regarde comme un objet qui persiste, après que toutes les gouttes d’eau ont été remplacées par d’autres.Le taux d’utilisation des capacités les fameux TUC, plongent par deux fois pour atteindre un niveau historiquement bas en 1997.Voilà la triste situation d’un pays qui est surtout agricole et dont les deux tiers de la population doivent tirer, plus pu moins directement, leur subsistance de l’agriculture.Un bon blog aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Celui qui ne progresse pas chaque jour, recule chaque jour ».Cela signifie, que sans rien faire, le déficit atteint presque spontanément la cible des 3%.Celles-là rendent grâces au Seigneur, qui est si bon, et permet à leurs maris de saigner les pauvres à gogo et de vider leurs poches.Tout d’abord, il en va de la crédibilité comme de la confiance : elle vient en marchant et repart en courant.Les pays scandinaves sont à la pointe, c’est vrai, mais ils sont confrontés à leurs propres défis, à cause de leurs hivers très longs par exemple.Hegel ne spécula que sur l’existence ; aussi ne sortit-il pas de l’abstrait.Elle ne peut que donner le spectacle de sa verbeuse impotence.Pour valoriser au mieux les ressources en eau, il faut donc trouver un cadre institutionnel qui permette à l’opérateur des centrales de tirer profit de la flexibilité de ses installations tout en répondant aux besoins des autres usagers de l’eau.La lumière, prise en masse, c’est-à-dire tout le système des rayons actuellement visibles, pourrait perdre son action spéciale sur la rétine, et passer ainsi à l’état d’effluve invisible, que nous pourrions encore, non-seulement arriver à la connaissance du monde extérieur et des corps à distance, mais même découvrir l’existence et les propriétés caractéristiques du principe lumineux rendu invisible, si d’ailleurs la rétine devenait sensible à un autre effluve soumis aux mêmes lois de rayonnement, et qui satisferait par conséquent aux conditions géométriques de la vision ou du toucher à distan

Share This: