Zone euro : le pire n’est pas encore sûr

De fait, la donne réglementaire a été profondément modifiée au cours des cinq dernières années : nouvelles normes prudentielles, dites Bâle III, introduites par le Comité de Bâle, gardes-fous supplémentaires pour les institutions financières à caractère systémique, lois de séparation bancaire qui redéfinissent les contours et les modes opératoires des grandes banques universelles, nouveaux régimes de supervision et de résolution bancaire, nouvelles règles pour sécuriser les transactions sur les produits dérivés.C’est au point que l’écrivain ne sait trop comment s’y prendre pour soumettre au public des vérités si palpables et si vulgaires, il craint de provoquer le sourire du dédain.Le besoin physique et social de sanction a un double aspect, puisque la sanction est tantôt châtiment, tantôt récompense.Mais, étant sans vocation commerciale, ils n’intéressent guère le ministre de la culture.Et devrait au moins conduire à considérer avec prudence les plaidoyers passionnés pour le volontarisme comme la dénonciation enflammée des technocraties, qu’elles soient de Bruxelles, de Francfort ou d’ailleurs.Sans elle, le rêve d’Adam Smith s’évanouit.L’opinion même est devenue plus sage, sur ce point, et commence à comprendre que les transformations de cette nature ne se décrètent pas.Enfin, concernant la question de la stabilité du système électrique européen, l’Allemagne n’est pas la seule à s’être engagée dans la VOIE d’une transition énergétique misant sur des énergies variables, bien que le rythme de la transition allemande soit en effet unique.L’attachement à la sécurité sociale est la seule expression réelle de la citoyenneté française.Et c’est pourquoi on les voit de très-bonne foi chercher la réalisation du Bien par la violation perpétuelle du droit.Un être humain peut toujours changer d’avis et de comportement, il peut même être névrosé ou avoir des problèmes d’identité déclare Arnaud de Lummen .Son texte présente de troublantes similitudes avec le mail adressé en septembre par une coalition constituée par les BlackRock, LSE et autres Allianz aux principaux négociateurs du texte.En cela, le projet de loi fait oeuvre utile : il tend à mieux garantir l’orthodoxie des pratiques professionnelles et à rassurer le public.

Share This: