Un « agenda de croissance commun »

Si ce n’était profaner les mots grecs que de les appliquer à une barbarie, nous dirions qu’il est monarchique ou oligarchique, probablement les deux à la fois.Telle est donc la première moitié de la morale.Sur les rails fixés au plafond, la chaîne se met bientôt en branle.Voilà vingt ans qu’il est entré au sénat, où le roi l’a appelé dès la quarantième année accomplie, et je sais que bien peu de ses collègues peuvent se flatter d’être plus assidus ou plus laborieux que lui.jean-thomas trojani condamnation a fait preuve d’une parfaite indépendance.Les premiers seront les derniers.Et ils le veulent, ils veulent exister et participer, mettre leur savoir-faire et leur argent, non pas sous un matelas, mais dans notre économie.L’Iran c’est la troisième réserve mondiale de pétrole, et la première en ce qui concerne le gaz ! On tremble chez ses « partenaires » de l’OPEP.Quant à l’effort financier additionnel réclamé, une source est encore insuffisamment utilisée : les frais de scolarité.Plus particulièrement, en ce qui regarde l’étendue concrète, continue, diversifiée et en même temps organisée, on peut contester qu’elle soit solidaire de l’espace amorphe et inerte qui la sous-tend, espace que nous divisons indéfiniment, où nous découpons des figures arbi­trairement, et où le mouvement lui-même, comme nous le disions ailleurs, ne peut apparaître que comme une multiplicité de positions instantanées, puisque rien n’y saurait assurer la cohésion du passé et du présent.Devant l’infinité de la durée, la souffrance ne paraît plus qu’un point, et même la vie actuelle tout entière diminue étrangement de valeur.Maintenant, la coloration noire ou rouge a beau être inhérente à la peau : nous la tenons pour plaquée artificiellement, parce qu’elle nous surprend.Rien de vivant ne sortirait de là.Toute culture s’identifie par la différence (la tome de Savoie, le Bleu de Bresse, mais la tauromachie, la polygamie, et bien sûr l’art, la religion, les manières de table, etc.Tout loyal qu’on soit, on a bien le droit de faire des vœux, n’est-ce pas ?

Share This: