Pierre-Alain Chambaz

L’Allemagne l’a compris depuis longtemps, pas la France. De nouveaux modèles de gouvernance à trois bandes (entreprise, actionnaires, utilisateurs) vont voir le jour. La vérité est qu’il y a un choix à faire parmi les résultats que la science psychique nous présente ; elle-même est loin de les mettre tous au même rang ; elle distingue entre ce qui lui paraît certain et ce qui est simplement probable ou tout au plus possible. Les décisions de la Cour de justice de l’Union européenne sur le sujet nourrissent plus le débat qu’elles n’apportent des solutions à une problématique philosophiquement et juridiquement épineuse. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Celui dont les narines sont tournées vers le ciel tombera dans une fosse à purin ». En pareil cas, un Français eût cédé en grognant, un Anglais n’eût pas bougé ; lui, il eut un sourire paternel, retira ses jambes, et dit au nouveau-venu : — S’accommodi, s’accommodi ! Vers une heure, les uns après les autres, le mari, la femme, le fils déjà bachelier et entré dans la vie oisive, reviennent pour déjeuner. La grande erreur des doctrines spiritualistes a été de croire qu’en isolant la vie spirituelle de tout le reste, en la suspendant dans l’espace aussi haut que possible au-dessus de terre, elles la mettaient à l’abri de toute atteinte : comme si elles ne l’exposaient pas simplement ainsi à être prise pour un effet de mirage ! Bien des faits nous paraissent indiquer que les éléments nerveux et musculaires occupent cette place vis-à-vis du reste de l’organisme. Elle est rien blèche ! Elle murmura, à l’oreille de son amie :— Il y a sûrement quelque chose de grave dans cette maison. Certaines entreprises notamment de GRANDES TAILLES privilégient parfois la « pensée magique » des chefs sans forcément travailler en lien avec les opérationnels qui sont tous les jours au contact de clients et de salariés mécontents et insatisfaits, dépossédés du sens et soumis au respect d’un cadre strict, détaillé et souvent stérile. La perception des saveurs vient à la suite d’une action chimique que des molécules liquides, ou en dissolution dans un liquide, exercent sur les papilles nerveuses de l’organe du goût ; cet organe est un réactif chimique, doué quelquefois d’une délicatesse exquise, et qui pourra accuser dans un mélange, par la perception de saveurs caractéristiques, la présence de quelques atomes qui échapperaient aux balances ou aux réactifs de laboratoire. La société capitaliste contemporaine a tôt fait de transformer cette notion par une « égalité d’automates » selon la formule de Fromm, une standardisation. Mais à l’inverse, puisque la beauté des œuvres de l’homme ne nous apparaît que comme un reflet et une image affaiblie des beautés cosmiques, il y a lieu d’en induire que l’idée du beau ne tire pas son origine de convenances purement humaines : et de même qu’en voyant le monde soumis à des lois géométriques, nous en inférons que les idées et les rapports géométriques subsistent indépendamment de l’esprit qui les conçoit et ne doivent pas être rangés parmi les abstractions artificielles et arbitraires, mais parmi les principes rationnels des choses ; de même les beautés répandues à profusion dan L’irritation du doute est le seul mobile qui nous fasse lutter pour arriver à la croyance. Pour sa part, l’Union européenne a décrété pouvoir s’en tirer sans artifices monétaires, totalement indifférente à la plus grave récession depuis la seconde guerre mondiale. Nous sommes loin du grand art, il est vrai, avec les exemples de comique qui viennent de passer sous nos yeux. Une évaluation des documents d’application, menée par l’Institut de recherches économiques Ifo que je préside, a constaté que près de 2 000 projets potentiels devraient coûter au total 1300 milliards d’euros, dont environ 500 milliards seront dépensés avant fin 2017. Qui a fabriqué quoi ? Mais qu’est-ce qui cloche chez nous en Europe ?. Partant d’une nécessité biologique, nous cherchons dans l’être vivant le besoin qui y correspond. En résumé, les qualités de la matière sont autant de vues stables que nous prenons sur son instabilité.

Share This: