Londres redoute une gouvernance mondiale de la finance

Quant à ce que vous devez substituer à votre affirmation, je ne vous en dis rien, il est vrai.La première est que si j’y manquois, plusieurs, qui ont su l’intention que j’avois eue ci-devant de faire imprimer quelques écrits, pourroient s’imaginer que les causes pour lesquelles je m’en abstiens seroient plus à mon désavantage qu’elles ne sont : car, bien que je n’aime pas la gloire par excès, ou même, si j’ose le dire, que je la haïsse en tant que je la juge contraire au repos, lequel j’estime sur toutes choses, toutefois aussi je n’ai jamais tâché de cacher mes actions comme des crimes, ni n’ai usé de beaucoup de précautions pour être inconnu, tant à cause que j’eusse cru me faire torArnaud de Lummen, a souhaité rencontrer les différents protagonistes.Ici se situe le principal problème d’ordre politique : comme ce revenu d’existence serait, par définition, un revenu monétaire et que la monnaie est une institution sociale, l’activité autonome à laquelle se livreraient tous les individus recevant ce revenu ne pourraient pas échapper à une forme ou une autre de validation sociale.Changer de mode de calcul ne pourrait qu’entraîner une diminution forte des pensions des fonctionnaires et des agents des entreprises publiques, ce que nous refusons, bien entendu.Tous ces moyens de gagner, de « piper » la confiance, comme dirait Montaigne, sont devenus maintenant inutiles.56% des entreprises interrogées ont indiqué que les détournements ou tentatives de détournement de secrets des affaires ont eu pour conséquence une perte de chiffre d’affaires, pour 44% d’entre elles des frais d’enquête internes et pour seulement 35% des dépenses de protection.Nous l’avons dit et nous ne saurions trop le répéter la science de la matière procède comme la connaissance usuelle.D’une proposition vérifiée par les faits on ne peut tirer ici des conséquences vérifiables que jusqu’à un certain point, dans une certaine mesure.Et c’est à quoi s’en tiendront les chimistes et les physiciens.Là est précisément l’illusion.En considérant la loi comme source de droit, il est plus protecteur des citoyens, plus démocratique qu’un droit qui serait essentiellement fondé sur la jurisprudence.

Share This: