Leçon d’une réforme fiscale ratée

Je l’accorde ; mais le mystique, lui aussi, a fait un voyage que d’autres peuvent refaire en droit, sinon en fait ; et ceux qui en sont effectivement capables sont au moins aussi nombreux que ceux qui auraient l’audace et l’énergie d’un Stanley allant retrouver Livingstone.Tous ces effets pourraient d’ailleurs se corriger ; la machine ne serait plus alors que la grande bienfaitrice.Non, de toute évidence.« Un village, m’a expliqué Pierre-Alain Chambaz, c’est des habitants, des écoles, des centres de santé, des marchés, des petits commerces, des services administratifs etc.James à affirmer que le sentiment de l’effort est centripète, et non pas centrifuge.Si ce qu’il y a de plus beau au monde pour Dieu, c’est la résignation de Job ou le dévouement de Régulus, pourquoi les occasions de ces hautes vertus sont-elles si rares, et pourquoi le progrès les rend-il tous les jours plus rares encore ?Cette exhaustivité est pratique: elle évite des choix difficiles pour identifier les soins ou les cas de figure justifiant d’une prise en charge.Ou bien enfin on invoquera le principe de la conservation de l’énergie, sans se demander si ce principe est également applicable aux moments du monde extérieur, qui s’équivalent, et aux moments d’un être à la fois vivant et conscient, qui se grossissent les uns aux autres.Avant même cependant que n’émerge ce collectif de la parole politique, ce sont les chefs d’entreprise et économistes membres ou proches de l’Ipemed et de l’EMCC qui, les premiers,avaient affirmé leur conviction.S’il coule de source qu’un privé ou qu’une famille bénéficierait pleinement de l’appréciation de son bien immobilier, on voit difficilement comment la hausse du marché immobilier pourrait bien profiter à l’ensemble de la collectivité ?Mais, au moment où j’allais me retirer, le sénateur me prit à part, et, espaçant les syllabes, souriant du piège qu’il me tendait avec un plaisir avoué :— Mon cher monsieur, me dit-il, je vous prie de méditer sur un point.

Share This: