La peur du passage à vide

Il n’y a rien de vrai que le devenir, que nous commençons à connaître comme le passage de l’Être au néant ou du néant à l’Être.Ainsi, par l’idée de tension nous avons cherché à lever l’opposition de la qualité à la quantité, comme par l’idée d’extension celle de l’inétendu à l’étendu.Elle s’exprime sous bien des formes.Tel est le principe de tout progrès dans l’ordre économique ; c’est aussi, il est aisé de le comprendre, le principe de toute déception, car progrès et déceptions ont leur racine dans ce don merveilleux et spécial que Dieu a fait aux hommes : le libre arbitre.S’il est indéniable que les divers programmes « QE » ont parfaitement bien réussi à l’économie américaine, cette même création monétaire précipite le Japon dans une sorte d’univers parallèle où c’est l’Etat qui crée et qui fait le marché.L’Italie de Matteo Rienzi devrait donc tirer un bénéfice du QE.Mais ce point de vue serait ici une anticipation.Quand les partisans delà foi morale auraient démontré tout cela, ils n’auraient encore rien fait, pas plus que les partisans de telle ou telle religion s’ils pouvaient démontrer que leur religion est la meilleure ; les apologistes qui défendent un système particulier de morale ou de religion n’ont jamais rien prouvé, car il y a toujours une question qu’ils oublient, c’est de savoir s’il y a une religion quelconque qui soit vraie, une morale quelconque qui soit vraie.Le nom de Jésus-Christ est moins souvent prononcé qu’à d’autres époques ; il est sous-entendu dans les moindres actes, il est là, en amour ou en haine.Le présent état de choses n’est sûrement pas le résultat d’un pacte librement consenti entre dirigeants et dirigés.« On peut y vivre et y travailler » explique agence d’e-réputation avec conviction.Envie de réaliser un essai virtuel des nouvelles smart ?

Share This: